Hommage au cinéma chinois : Gong Li

Les pratiquants de méditation, de Qi Gong ou de Taiji Quan, en plus d’avoir un intérêt pour la pratique, ont souvent une curiosité prononcée pour les arts asiatiques (c’est mon cas !).

Le cinéma est – entre autres – un excellent moyen de découvrir une culture différente : on y voit comment les gens parlent, comment ils expriment leurs émotions, quels sont leurs expressions du visage etc. En anthropologie, on parle de « communication non verbale » : tout ce qui se dit – et ce qui ne se dit pas – avec le corps entier.

Voici ci-dessous une petite liste de véritables chefs d’oeuvre. Chacun de ces films est une perle. Dans chacun d’eux, nous retrouvons l’excellente actrice Gong Li qui,en plus d’être très belle, joue magnifiquement bien ses différents rôles.

« Adieu ma concubine » : où l’on découvre la pratique extrêmement exigeante de l’Opera de Pekin, sorte de théâtre complet où art de la voix et du geste se mélangent au Kung Fu. Toute la beauté classique de la Chine traditionnelle, déchirée par les événements contemporains.

« Épouses et concubines » : huis clos dans un Hu Tong à Pekin. Les Hu Tong sont des maisons de maîtres avec de multiples cours intérieures. La condition de la femme dans les villes de la Chine ancienne.

« Le sorgho rouge » : ode paysanne au vin, à l’amitié, à la joie spontanée, à la fraternité. Tragédie naïve.

Bon voyage…

Laisser un commentaire